Je suis complètement atterré par certains récits! J'ai pris quelques baffes mais rien ne m'a jamais traumatisé ...
Il y a deux choses dont je me souviens :
1. en classe de sixième, je portais un polo que j'avais abimé avec de la colle scotch. La prof de latin m'avait dit qu'il ne fallait pas que je me mouche dans mon polo! La honte ...
2. en classe de 3ème, je portais un jean trop court ... Le prof m'avait demandé si c'était le short de mon grand frère ...! Là, c'était devenu de la haine de ma part ... J'avais réglé mes comptes par une rédaction décrivant une personne de ma connaissance ... je l'avais choisi et "soigneusement" esquinté dans ma description ... Il ne m'a plus jamais fait chier par la suite!
J'essaie de revenir à pieds joints dans le sujet, parce que je ne voudrais pas avoir de remords, j'estime que le témoignage personnel de "sans-souci" est à la fois bouleversant et au coeur du sujet.
Il illustre exactement le point commun entre la violence, l'agression verbale et le mutisme.
Oui, quand je parlais de silence je ne voulais pas, chère Chloro, parler du silence imposé, mais de celui qu'on oppose obstinément pour faire comprendre à l'autre qu'il "n'existe plus" - et je pensais bêtement que Marie-Christine comprendrait cette allusion remplie d'amertume.
Pour ce qui concerne les enfants, la prétention "éducative" de la sanction est une totale hypocrisie.
Bien sûr il est important de leur donner des "repères" et des limites très strictes, mais la rétorsion après-coup n'est d'aucune efficacité.
Ma mère a connu le sadisme des "bonnes soeurs" du temps où elle était dans un orphelinat catholique, et la logique de notre vieille tante landaise "les enfants, c'est comme les animaux, ça se dresse" a encore cours.
La conscience que l'enfant n'est ni un animal de compagnie, ni un adulte en miniature est relativement récente, c'est un signe que l'humanité (malgré ses vicissitudes) marche vers un certain progrès.
Et il est bon que les chantres de l'éducation "traditionnelle" et des valeur partiarcales prennent conscience que cette violence, physique ou verbale, ne vise jamais l'épanouissement de l'enfant, mais obéit à la seule pulsion de l'adulte : la volonté d'humilier, de "casser" l'individu qu'il est déjà, et celui qu'il deviendra.
Ma grand-mère paternelle disait : " les enfants, c'est comme les plantes, il leur faut un bon tuteur
pour qu'ils grandissent bien". Un tuteur ne frappe pas, il aide la plante avec
la juste dose de contrainte, mais aussi de protection ( contre les dangers, comme le vent ou
pluie violente pour les plantes ).
" la seule pulsion de l'adulte : la volonté d'humilier, de "casser" l'individu qu'il est déjà...":
oui et qui traduit une réaction au sentiment d'impuissance et d'échec de l'adulte qu'il ne supporte pas.
je répond à ce sujet, car il m’intéresse. Je suis absolument contre l'interdiction de la fessée. On parle de quoi ? La fessée uniquement, pas de coups porté avec un objet ou des claques sur la figure, mais bien de fessée. Il est nécessaire, et on voit le résultat aujourd’hui, d’établir des notions de respects parents/enfants et de limite à ne pas dépasser. Évidemment, des fessées distribuées à longueur de journée n"auront que des impacts négatifs, non je parle de celles données de temps à autre, mais peu souvent. Enfant, j'en ai bien sur eu, et je suis certain que cela a eu un comportement positif. On a tous besoin de barrières dans notre apprentissage de la vie. aujourd’hui, combien d'enfants insultent ils leurs parents. Le respect n'est plus là. Enfant, j'ai mème reçu des coups de règles sur les doigts et des tirages de cheveux, là, juste au dessus des temps de la part d'un professeur pour un écart de conduite. C'était sa façon à lui de se faire respecter, et je lui en suis reconnaissant que les problèmes de mon comportement, nous les réglions en face à face au lieu d'aller chez le proviseur avec les sanctions que cela auraient pu m'amener.
Pour moi... les coups de règles sur les doigts... et les fessiers.. culotte baissé.. j'en ai reçu. :roll:
Ca m'a rien apporté... que le sentiment d'être baissée..jusqu'au le sentiment de haine..

Si un adulte arrive à donner des fessiers à son enfant... pour moi.. c'est une signe de faiblesse...il arrive plus à expliquer les choses autrement que par une violence....
@ heureuse,
beh pourtant tu la mériterai la fessée !!!!!!!!!!!
j'attends toujours la photo de bébé :lol:
Gros bisous et câlinous à bébé
Oh lala... t'as raison Choupette ! mais pas trop fort la fessée STP !!!! :lol: :lol: :lol:
heureuse15 a écrit : Pour moi... les coups de règles sur les doigts... et les fessiers.. culotte baissé.. j'en ai reçu. :roll:
Ca m'a rien apporté... que le sentiment d'être baissée..jusqu'au le sentiment de haine..

Si un adulte arrive à donner des fessiers à son enfant... pour moi.. c'est une signe de faiblesse...il arrive plus à expliquer les choses autrement que par une violence....


Il faut avoir une certaine intelligence pour savoir ce qu'il faut faire et ne pas faire ! si vous avez été frappée régulièrement, il est sur que ça n'apporte rien. Quand a dire que c'est un signe de faiblesse pour un adulte, c'est du n'importe quoi... C'est toujours pareil, si cela vous arrive disons 3 fois, chaque fois a été une leçon morale pour l'enfant. J'ai eu 4 enfants, et cela a du m'arriver 3 fois sur 2 enfants différents, et que des fessées. Je peux vous dire que le respect des parents a toujours été là.
Combien de parents démissionnent de leur rôle, sans respect de leur progéniture !!? tout le monden'a pas des enfants modèles, les parents participent à leur épanouissement et a apprendre leur place dans la société. Voyez sur internet, un gamin de 15 ans qui insulte un chauffeur de bus. a votre avis, ou est le problème ?
@ Simipi...si cela ne t' est arrivé que 3 fois sur 2 enfants de t'adonner aux fessées et que le respect des Parents a toujours été là, cela signifie que ce respect ne doit absolument rien aux fessées !
...tu es à l'opposé de cette pratique que tu défends !

Les fessées sont humiliantes et n'arrangent rien!...elles n'apprennent à l'enfant que la loi du plus fort ! (même en ce qui semble des petites quantités !)

quand aux parents qui démissionnent de leur rôle de parents, pas sûr que "ces parents là" soient récupérables en LEUR imposant des fessées ! (ou autres sanctions physiques !)

3/3
j'adhère à 100 % là Chayonne...

le respect pour l'autre ne s'apprends pas en donnant de fessiers...bien au contraire...

J'ai du en donner 1 ou 2 à ma fille dans le temps... elle ne s'en souvient même pas :)
Moi, par contre, je me souvient que ça c'est passé quand je n'étais peut être un peu moins sereine.

Il y a une espace énorme entre le parent qui tape et le parent qui démissionne..

Bonne journée
FB_IMG_1544460476625.jpg
.
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
Bien d'accord que la fessée ne sert à rien, je ne me souviens pas d'avoir levé la main sur mes enfants.
Ma grosse voix et mes gros yeux ont toujours suffit :wink:

Par contre faire une loi, je ne comprends pas, comme une loi pour les trottinettes sur les trottoirs, les velos, les skate b etc etc, du bon sens, du civisme et respect des autres.

Je vis à Lyon et l'incivilité explose je trouve et pas toujours des plus jeunes !