Perdu,

J’ai perdu le mot.
Pourtant il était sur le bout de ma langue, de ma langue pendue.
Bien pendue la langue, au pan du conforme à la forme, à la forme encyclopédique des mots qui taisent plus qu’ils ne disent.
Hélas, seul accès au réel, monopole de l’expression, expression du chantage quand elle arrive encore à chanter.
Enchantée la langue quand elle dit vague.
En chantier la langue quand elle vocaverbalise le mot juste, juste un mots en tout cas, rien de bien précis…
Les mots forts sans métaphore ne transportent rien sinon l’ordre des mots, l'ordre des mots d’ordre de peu de sens mais de beaucoup d’obéissance, de rivalité, de binarité.
Excepté les mots doux perdus, les mots sont inégaux en droit,
La langue plie sous le poids des mots, lourde de la règle.
Aussi elle gazouille quand elle se dérègle, elle dit le mot doux d’où qu’il vienne. Peut-être de là-bas si dur.
Peut-être d'ici. Encore un de ces mots émigrés dans son propre natal, expatrié sur place au plus profond de la mastication…ou alors échappé bel d’une bouche affamée.
Etranges ces mots sortis d’un appareil à manger, l’un dit gérer l’autre dit laisse aller.
Je ne veux plus parler avec la langue, lingualer par le gosier c'est sale, juste bon à faire -"Cui cui" c'est près- c'est bon pour le manger, l'engueuler, le mastiquer, l'avaler, le digérer, le chier et le tour est joué,
oui c'est cuit et le petit oiseau a joui dans la purée,
couic!
étranglé , fallait pas raturer .
A présent ce n'est plus qu'un tas,
une purée de mots cassés,
Juste bonne pour la curée.
Mes mots, mes pas
Ne mènent pas
même
ne m'aiment plus
trop
fracassés,
mal
aimés…
Perdus.
Sans compter que , souvent, ce qui est dit se perd , au travers d'oreilles distraites et jamais à l'écoute . Ce que les oreilles entendent , le cerveau peut l'ignorer mais ce que les yeux voient , c'est autre chose .
Un poète....pas encore disparu !!!
carole80 a écrit : Sans compter que , souvent, ce qui est dit se perd , au travers d'oreilles distraites et jamais à l'écoute . Ce que les oreilles entendent , le cerveau peut l'ignorer mais ce que les yeux voient , c'est autre chose .




Tout à fait carol80. Il y a de nombreuses machines machinées entre elles.
Machines à mastiquer, à esgourder, à renifler… Elles sont rarement synchronisées.
SYRAHNO a écrit : Un poète....pas encore disparu !!!




Encore
un peu de patience…
Dehors
Le désert avance …