...

... formulaire ...
livre, recueil de formules

« Tout ce jargon n'est qu'un vain formulaire »
Jean-Jacques Rousseau (1712-1778)
Coucou......Chlo :D

je m'adresse à toi....je me pose vraiment la question :

comment on écrit : je me balade !! ???

Moi, j'ai appris, balade avec 1 l = se promener !!

et ballade avec 2 l = jouer une ballade !!

Je suis étonné que ICI c'est souvent avec 2 l ...pour dire promener ???

éclaire ma lanterne ...si tu as compris mon charabia :roll:

Merci à toi..

la bise Ebbie2
...

Bonjour ... @Ebbie !

Tu as tout à fait raison !

• Une balade à la campagne ...
• Une ballade douce dans les oreilles ...

https://www.lalanguefrancaise.com/ortho ... 20ce%20mot.

--------------------- Image
...

... gentillesse ...
caractère de ce qui est à la fois joli et gracieux

« Les Parisiens sont des brutaux,
ennemis de la gentillesse et du mérite des autres villes »

Molière

... c'est d'ailleurs à se demander pourquoi ils viennent en vacances en Province ...
telle une éphémère
tes passée dans ma vie
ce fut comme un éclair
au milieu de ma nuit

LEVAIN


:)
...

... honnête ...
poli, courtois

« Il n'est guère honnête à un amant de venir le dernier au rendez-vous »
Molière
...

... implacable ...
qui ne peut être apaisé dans sa passion

« Il passait pour ami fidèle et pour implacable ennemi »
Hamilton
...

... lettre ...
manière d'écrire

« Du prince votre amant j'ai reconnu la lettre »
Racine
...

... mousse ...
qui n'est pas aigu ou tranchant

« Certains ciseaux sont faits exprès
avec une branche pointue et l'autre mousse »
...

...noter ...
blâmer, stigmatiser quelqu'un

« Il l'a notée de s'être tôt et aisément consolée de la mort de son père »
Corneille
...

... oreille ...
attention, confiance, intérêt

« C'est beaucoup d'avoir l'oreille du grand maître »
Corneille
...

... point ...
opportunité, gré, fantaisie

« Le duc de Noailles ne pouvait avoir un chancelier
plus à son point que d'Aguessau »

Saint-Simon
...

... sommier ...
cheval de somme

« On fit marcher la calèche et les sommiers qui portaient son dîner »
Paul Pellisson (1624-1693)