Reuze_Pa a écrit : On croit toujours que c'est mieux ailleurs ...

Non, on ne croit pas "toujours" ! lol
La plupart du temps on va ailleurs pour voir, connaître, et apprécier. Et aussi pour vérifier que, finalement, là où c,est le mieux c'est encore chez soi ! :lol:
Ouais, l'herbe est plus verte !
Maintenant sommes-nous des voyageurs ou... des touristes ? Je vais encore troubler l'ambiance !
La question des gens du voyage n'est pas "on va voir ailleurs si c'est mieux" , l'ailleurs est leur loi de rassemblement, d'appel intime de survie. Ils ne se considèrent pas comme des touristes, mais comme des importuns possibles là où ils séjournent, ce que ressent n'importe quel touriste si jamais il lui prend la fantaisie de rester en continuant à se comporter en touriste (faire un chez soi minimaliste pour le meilleur et ne pas s'intégrer, participer)... attitude assez fréquente et dont ne sont pas dupes les autochtones.
Je disais, en revenant de France pour reprendre le travail à Istanbul (si cosmopolite) "enfin chez moi", "c'est ma seconde patrie", mais ce n'était ni celle de ma nationalité, ni celle de ma langue et au bout de six années je suis revenue dans mon sud ouest et travailler dans mes Charentes (que j'aime beaucoup par ailleurs). Cependant certains français avaient fait le choix de rester à demeure en Turquie en tant que Levantin (c'est ainsi qu'on appelle les français qui se sont installés en Turquie depuis des siècles en gardant la nationalité française de génération en génération, car les accords d'origine sont maintenus - entre François Premier et Soliman le Magnifique).
Je pense que nos Français d'ailleurs ne se posent pas la question en ces termes : c'est mieux qu'ailleurs ou allons voir ailleurs si c'est mieux. Je ne pense pas non plus que les Français qui se sont installés à l'étranger se considèrent et sont considérés comme des touristes... Impossible, ils seraient rejetés par leur entourage !
Maintenant l'attitude voyageuse que la plupart de ces Français en terre lointaine gardent, et bien elle n'est pas toujours comprise de leur famille . Mon frère veuf depuis peu me dit deux fois en 10mn au téléphone : "quand reviens tu ? " , moins souvent mais souvent quand même "quand est-ce que tu rentres définitivement ?" et puis "Tu as l'intention de mourir là-bas ?" (comme si mourir était une intention et qu'on devait se fixer en un endroit dans cette intention !!!)
Ici, je suis "zoreille", pas créole, et je me garderai bien de ne pas aller choquer (il suffit que je me dise que je risque de le faire involontairement). Je ne me sens pas du tout touriste et mon activité est essentiellement consacrée à des sorties culturelles, la plupart sur le patrimoine local. Je me sentirai voyageuse encore si je ne redoutais pas les valises, l'avion, les périples familiaux éreintants qui me demandent des mois pour m'en remettre. Je ne me sens pas non plus "non voyageuse", c'est à dire sédentaire par choix définitif (je dirais que je suis sédentarisée par l'âge), car au fond de moi, j'ai toujours l'envie d'aller voir les pays et îles que je ne connais pas et qui m'ont fait rêver étant jeune et qui ont été l'objet des deux mémoires universitaires et d'un doctorat abandonné.
Etre voyageur c'est aussi avoir le goût de la découverte dans les livres et quand ça vous prend jeune et bien ça reste une sorte de guide-vie autant que la stabilité en l'endroit de naissance ou de mariage ou de fondement familial ou professionnel. Il y a ceux qui se disent "il faut partir" et ceux qui se disent "à quoi bon partir". Voilà la vraie catégorisation, il me semble, Epsilon, et elle est moins tranchante que voyageur/touriste/ sédentaire.
Exactement, voyager n'est pour moi pas une question d'herbe verte ailleurs que chez moi. J'ai un beau jardin vert..(quoi que un peu jaune pour l'instant :| ) mais il est plus beau que le jardin du voisin 8) ....a mon avis :lol:

Mon camion est un petit chez moi qui me permet de me déplacer et de découvrir d'autres endroits. Et c'est génial !

L'océan, la haute montagne, le plat pays, les lacs immenses, les forets nordiques...plein de choses à découvrir... me mêler avec les habitants, manger leur cuisine.. pleins de choses à apprendre.

Et puis, minimaliser... se débrouiller, vivre avec moins de luxe...faire attention à l'eau, l'électricité... etc, etc ... pourquoi pas ... Faut juste que mon vieux chat soit d’accord...j'ai le temps de l’entraîner...

Voili, voilà le projet.. mon rêve
bonjour a vous je vis a Montréal serais ravis de vous accueillir la prochaine personne qui aimerait visiter Montréal
Cordialement
cron