Bonjour à tous...

Comme Zazzooo, je ne pouvais ou voulais écrire sur ce thème....
Et puis, ces derniers jours, les mots ont fait leur chemin et ce matin, je vous livre un texte qui parle de mon intime vécu...
Peut-être que les donner à vos regards et à vos coeurs m'aidera enfin...


« Il était parti... la souffrance avait enfin déserté ce pauvre corps rongé par la maladie.
Et je restais là, glacée,comme statufiée, à caresser son front encore chaud...
Je réalisais alors, que pour le reste de ma vie, je ne me donnerai pas l' ABSOLUTION pour le MAL que je lui avais causé au dernier jour de son existence..
Malgré ma promesse de ne pas le laisser à la merci d'une machine, j'avais cédé à la panique et manqué de COURAGE.... et il était là, frêle corps recroquevillé dans ces draps si crûment blancs...
Je me souviens nettement avoir caressé son bras décharné et malgré son inconscience morphinique, il avait repoussé ma main...
Ce fut comme une GIFLE. Il avait ressenti ma TRAHISON et me rejetait. J'en suis intimement convaincue...
Dans un élan de GENEROSITE et de compassion, l'infirmière me rassura mais je n'entendais rien, je n'écoutais que ma douleur...

Aujourd'hui, presque 3 ans après sa mort, l' OUBLI n'a pas jeté son voile sur ma mémoire.
Mon entourage m' a exhorté bien des fois à l' INDULGENCE mais je ne peux me pardonner.
Malgré le temps qui passe, je veux toujours l' AIMER. Il m'habite encore et toujours et je continue à le pleurer...
Et aujourd'hui peut-être plus cruellement parce que la SERENITE ne prend pas possession de mon cœur meurtri qui ne peut OUBLIER ..."

Bonne journée à tous....
Coucou à tous !
Cinq textes pour le moment...
J'attends impatiemment le plaisir de lire ceux qui doivent venir...
Belle journée. :D
Bonsoir à tous !
Je suis désolée Kenimido ! Toutes mes excuses...
Nous avons écrit en même temps ce matin. Je n'avais pas vu ton texte !
Merci beaucoup d'avoir eu le courage de l'écrire...
Tu sais, depuis que je suis dans les " MV", je me rends compte que je mets ( presque toujours), un peu de moi dans les textes.
Et c'est une très bonne thérapie.
Félicitations, et bravo pour ce sixième texte.
Mais il me semble que tu as oublié le mot " IMPOSIBLE" ?
Bises à toi.
Belle nuit
Pardon, faute de frappe...IMPOSSIBLE
Coucou à tous !
Pas de nouveau texte...?
Voici le mien :

Je suis l'amie intime qui connaît tout de toi,
Depuis toujours je m'attache à tes pas.
J'étais là au temps des premières TRAHISONS,
Quand AIMER fait MAL à perdre la raison.
Je n'ai pu t'offrir la grâce de l' OUBLI,
Ni te guider sur le chemin de l' INDULGENCE.
Tu m'as traitée comme ta pire ennemie,
Ne m'accordant plus ta confiance.
Combien de fois m'as-tu bannie,
Aveuglé par ton désir de vengeance.

As-tu enfin compris au fil des années,
Que la rancoeur rend IMPOSSIBLE la SERINITE.
Tu brandis ton orgueil en guise de bouclier,
Mais je sais bien qu'au fond tu ne peux OUBLIER,
Toutes les GIFLES reçues, tous les manques de ta Vie,
Toutes les douleurs passées.
Celles que tu as subies,
Celles que tu as données.

Je suis l'amie intime qui m'attache à tes pas,
On m'appelle conscience, mais je suis plus que ça.
Je suis l'essence même de ton âme,
La brûlante et bienfaisante flamme.
Tu connais la puissance de tes démons,
Toi seul peut t'en accorder l' ABSOLUTION.

Tu es fait d'ombre et de lumière,
De rancunes amères,
Mais de profonde GENEROSITE.
Ne sous-estime pas ton COURAGE,
Ta force et ta volonté,
Tu peux pardonner les outrages.
Mais sois ton meilleur ami,
Apprends à te pardonner aussi.
Bonsoir à tous! Ah ... Sohalia ... faut-il que je te aime pour bosser le Dimanche! :lol:
Voici mon texte; sortez vos mouchoirs ... ou vos draps d'lit: c'est triste! :D

Petite Chronique de Saint Hom de la Trique :

Bonjour courageux lecteurs ! Je m’en viens vous conter une horrible chose, un vrai drame Saint Homien : Alexandre Benoît est en prison ! Rendez-vous compte de l’émoi (et moi et moi !) dans le village !

Tout ça la faute au tempérament de feu de la Berthe : c’est pas sa faute, dit-elle, mais elle ne peut s’empêcher de regarder les excroissances qui déforment les pantalons : c’est son vice : que voulez-vous !

Monsieur le Curé lui a dit que c’était MAL mais elle n’en a cure : AIMER autre chose lui est IMPOSSIBLE : c’est ma vis à moi dit-elle (elle veut sans doute dire mon vice ) !

Et, voyez-vous, l’autre fautif est le nouvel adjudant de gendarmerie, apparemment bien pourvu du soubassement : ça se voit et le regard de Berthe semble aimanté : braqué à fond vers le splendide pantalon d’uniforme … le militaire, dont c’est le métier, s’en aperçoit rapidement et pousse à fond son avantage !

La Berthe sombre dans la TRAHISON et l’OUBLI total de l’existence de son homme, qui n’est pas aveugle et passe déjà sur beaucoup de choses : il l’aime sa gravosse et malgré sa GENEROSITE et son INDULGENCE légendaires, et son habituelle SERENITE avinée, il ne peut donner l’ABSOLUTION à sa Chère et Tendre et OUBLIER l’inconduite notoire de cette dernière : bravant l’uniforme et n’écoutant que son COURAGE, aidé par un grand gorgeon de Beaujolpif, il flanque une GIFLE monumentale dans le museau adjudantesque du tombeur … ce dernier siffle un grand coup (mais pas du Beaujolpif !) et les 4 pandores de la patrouille embarquent le Gros à la taule !

Voilà mes amis … vous connaissez pas un bon avocat ? Je crois que la Berthe le paierait en nature ! :lol:
Oh merci Tenderly ! J'ai bien ri, et ça fait du bien ! :D
Texte validé évidemment...
Et puisque ton amour n'a pas de limite ( enfin presque ), aurais-tu la gentillesse ...
Enfin tu devines quoi : la récapitulation des textes !
Oui, je sais, j'abuse... J'ai honte... :oops:
Mais on peut attendre un peu peut-être ? Pour laisser la chance à un neuvième texte ?
Bises à toi
oups je n'avais pas noté le mot IMPOSSIBLE sur ma liste!!!
je rectifie mais un peu tard!!!


« Il était parti... la souffrance avait enfin déserté ce pauvre corps rongé par la maladie.
Et je restais là, glacée,comme statufiée, à caresser son front encore chaud...
Je réalisais alors, que pour le reste de ma vie, je ne me donnerais l'ABSOLUTION pour le MAL que je lui avais causé au dernier jour de son existence..
Malgré ma promesse de ne pas le laisser à la merci d'une machine, j'avais cédé à la panique et manqué de COURAGE.... et il était là, frêle corps recroquevillé dans ces draps si crûment blancs...
Je me souviens nettement avoir caressé son bras décharné et malgré son inconscience morphinique, il avait repoussé ma main...
Ce fut comme une GIFLE. Il avait ressenti ma TRAHISON et me rejetait. J'en suis intimement convaincue...
Dans un élan de GENEROSITE et de compassion, l'infirmière me rassura mais je n'entendais rien, je n'écoutais que ma douleur...

Aujourd'hui, presque 3 ans après sa mort, l'OUBLI n'a pas jeté son voile sur ma mémoire.
Mon entourage m' a exhorté bien des fois à l'INDULGENCE mais me pardonner est IMPOSSIBLE.
Malgré le temps qui passe, je veux toujours l'AIMER. Il m'habite encore et toujours et je continue à le pleurer...
Et aujourd'hui peut-être plus cruellement parce que la SERENITE ne prend pas possession de mon cœur meurtri qui ne peut OUBLIER ..."

Voilà l'oubli réparé, en espérant que le texte sera approuvé!!!
bonne soirée
Merci Kenimodo ! :D
Texte validé ! Et non, il n'est pas trop tard.
Hello; nous clôturons avec 8 textes; à tout de suite! :wink: :D