Cette année, je ne sais pourquoi mais le changement d'heure me rentre dedans solide. L'hiver qui s'annonce tout près me pèse dessus.

Disons que c'est la première fois que ça m'arrive de ne rien trouver de positif (sauf que ça fait plaisir aux petits enfants et les grands qui pratiquent certains sports et activités.

J'essais de me motiver et ébauchant des rêves, gros branle-bas-de combat, la retraite sera dans 5 ans, c'est semble-t-il loin mais considérant que le temps file si rapidement.

Je songe sérieusement à vendre ma maison, habiter dans ma roulotte les mois d'été et louer des résidences pour les mois d'hiver, soit le Mexique, la République Dominicaine, le Costa-Rica, des lieux de ce genre..... pour échapper au froid, à la neige et au soleil qui se couche avant 17 h.

Suis-je différente de vous, avez vous songé à drastiquement changer votre mode de vie?
Oui ,je pars à la Réunion dimanche pour voir si un projet est possible :D même constat que toi .
passerine a écrit : Oui ,je pars à la Réunion dimanche pour voir si un projet est possible :D même constat que toi .


J'ai aussi commencé à regarder de ce côté, quelles sont les spécialités culinaires... étant un tantinet soit peu... gourmande... l'aspect culinaire est important pour moi.

Imaginez les pieds dans le sable chaud, les vagues qui viennent chatouiller les orteils, un petit drink à la main un bon livre ou un(e) ami(e) discuter de tout et de tout... ( dire de rien c'est un non sens à mes oreilles) ... juste savourer le moment présent et prendre le temps de bien le vivre. Quel ressourcement.

Quelques mois par année de ce régime, on travaille assez fort pour pouvoir s'offrir ce cadeau...non??
Les spécialités culinaires sont tout de même plus variées en métropole.

Les pieds dans le sable avec un bon drink, un livre, oui. Il y a pas mal de retraités qui choisissent de passer de novembre à avril à la Réunion chaque année... Attention, locations très rares cette année... Beaucoup de touristes et d'hibernants des contrées froides, justement...
Tout à fait jaguar999 :D la nourriture me va très bien aussi , aucun souci pour l'hébergement Amélie j'ai eu énormément de choix .
Ah et bien tant mieux...
il parait que changer de lieu de vie, à la retraite c'est difficile,

surfe sur le net pour avoir des témoignages

j'ai connu un ami qui a fait un stage de 2 jours pour cette optique

car tu laisses tout, tes magasins, tes voisins, tes coins nature,

pour aller vers l'inconnu

réfléchis bien
ceci écrit en toute gentillesse !
Passerine n'a que 60 ans... Elle fait un essai et après elle voit. Ce serait dommage de ne pas tenter, tout de même.
balader a écrit : il parait que changer de lieu de vie, à la retraite c'est difficile,

surfe sur le net pour avoir des témoignages

j'ai connu un ami qui a fait un stage de 2 jours pour cette optique

car tu laisses tout, tes magasins, tes voisins, tes coins nature,

pour aller vers l'inconnu

réfléchis bien
ceci écrit en toute gentillesse !


J'essais de comprendre ce qui pourrait-être difficile dans le fait de s'évader au chaud quelques mois par année.

J'y vois des plus comme rencontrer de nouvelles personnes, découvrir de nouveau endroits, mets... et avoir le temps de tout savourer.
Bien sûr Jaguar. Toi-même qui habite au Québec tu dois avoir envie de passer des vacances au soleil....
Et puis je vois ici des couples ou des célibataires venir s.installer et n.avoir aucune difficulté à s.habituer à leur nouvelle vie. Le désir de repartir vient du fait que les gens regrettent leurs enfants et petits enfants.
AMELIE97 a écrit : Bien sûr Jaguar. Toi-même qui habite au Québec tu dois avoir envie de passer des vacances au soleil....
Et puis je vois ici des couples ou des célibataires venir s.installer et n.avoir aucune difficulté à s.habituer à leur nouvelle vie. Le désir de repartir vient du fait que les gens regrettent leurs enfants et petits enfants.


le fait de vouloir partir 3-4 ou 5 mois au chaud ce n'est que temporaire dans l'année, À 100 % que mes filles et leurs familles viendraient passer quelques jours chacune. Avec le net les face time etc, la distance n'est plus comme elle l'était d'autant plus que je passerais plus de temps ici et durant les vacances d'été je verrais beaucoup ma gang au camping... je devrais en principe être repue d'une part de de l'autre.... que demander de plus.

Selon moi, ce serait le parfait équilibre
Absolument,
Il y en a beaucoup qui optent pour cet équilibre. Les grands-parents de l'hémisphère nord migrent vers les pays chauds pour l'hiver et reviennent l'été pour retrouver leurs famille et amis. C'est ce qui se pratique beaucoup ici avec les Français et les Belges.
Moi-même je pars pendant l'été boréal voir les miens ; cette saison correspond à l'hiver austral de mon île et c'est à mon avis sa saison la plus facile à supporter pour des gens de l'hémisphère nord. Notre été austral est vraiment trop chaud pour moi, et cependant, il attire forcément les gens qui ont à supporter la rudesse de l'hiver européen.

Toi tu as dans ton hémisphère la chance d'avoir des îles tropicales qui vont t'offrir dans ton hiver à toi leur hiver à elles , c'est à dire leur saison la plus facile à supporter : pas d'excessives chaleurs, vraiment la douceur tropicale...
Alors profites-en... (Certes notre marasme pandémique est bien préjudiciable...)
Meme chose pour moi, pu capable du QC GRIS.
Moi, j'en ai marre de la chaleur, mais je mets un ventilo et je fais avec
Je n'ai pas envie de le déraciner et m'éloigner de ma tribu.
J'adapte au fur et à mesure mon logement pour y rester autonome le plus longtemps possible
J'aime mon pays et je n'ai pas envie d'aller voir si l'herbe est plus verte ailleurs.
J'ai vu mes grands parents vieillir loin de chez eux... Ceci explique peut-être cela ^^ :wink:
Je crois que ce qui nous attache à un endroit se joue sur autre chose que le climat souvent.
Perso j'ai connu une stabilité professionnelle unique dans ma carrière très longue tout de même (43 ans) uniquement à la fin : 8 ans à la Réunion dans le même poste !!!! Je m'y suis attachée alors que la première année, je me suis vite demandé ce que j'étais venue y faire sauf pour le travail car j'étais pour la première fois depuis longtemps avec des élèves absolument adorables. Il m'a fallu trouver des motifs d'attachement et je me les suis trouvée à l'Université à la fin de la première année en recommençant des études liées au milieu où je vivais. J'habitais dans le même quartier que la fac et sa bibliothèque...
Ensuite je ne voulais pas revenir en Dordogne où notre maison était isolée et là il se trouve que j'avais vu loin puisque mon ex mari ne veut plus y rester pour la même raison.
Enfin, comme dans beaucoup de couples, la retraite a été l'occasion de voir combien nous étions différents (le travail rapproche, on s'occupe d'autre chose que de nos petites dissensions qui tout à coup deviennent énormes une fois qu'on vit l'un sur l'autre...) et de ce fait, moi je suis restée là où j'étais le mieux...
Maintenant, ai-je fait le bon choix, je ne me pose plus la question...C'est comme ça. Il est certain que mes activités bénévoles à la retraite ont toutes été liées à l'intérêt que je portais à son contexte géographique et culturel. Et malheureusement, la Covid est en train de saper tout ça.