un petit air de nostalgie ?????????? :roll:

quand t'es charentais.jpg
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
Trop drôle, Choupette, merci beaucoup : je viens de prendre un bon bol d’air charentais !!!
Manoucha,

oui je ris à chaque fois que je le lis. C'est tellement réaliste !!!!!!!!!
Choupette, j'adore. J'ai failli passer za koté. Je me rappelle qu'Uranie avait publié la chanson de Goulbenèze qui m'avait beaucoup émue.et que j'ai imprimée car elle me l'avait envoyée en particulier après avoir encore fait un blog sur la Charente Maritime et j'adore tout ce qui sent bon le pays.. Là, je vais recopier car imprimer quelque chose du site je pense que ça doit pas être possible..
Le nom d'auteur Goulbenèze (en réalité Marc-Henri Poitevin) commence par G volontairement, comme la devise des trois G qui est celle des Charentais (Gueux Glorieux, Gourmand ). Je la rappelle ici parce que je trouve que tout ce qu'il y a dans ce drôle de texte de mots de chez nous traduit correspond assez bien à la devise.
Bise si t'es pour et pas bise si t'es devenue contre depuis l'an dernier. Bonjour à Surgères la belle endormie de "Mignonne allons voir si la rose..." "zallon vouaire si la roz" en parler de "cheu nou".

C'est un parler qui fait rire. Il faisait pas du tout rire ma mère qui a tout fait pour que nous ses enfants,on ne le parle jamais (elle venait du Tarn et Garonne et son bel occitan, elle voulait pas le parler non plus , elle trouvait que c'était trop patois, pourtant ma mère ne venait pas de la Haute, mon père non plus , et chez elle tout le monde parlait patois.). Les langues régionales et familiales m'ont toujours plu, je les trouve très savoureuses. Le patois de l'Aunis et Saintonge est très particulièrement savoureux... C'est celui que Molière a le plus utilisé pour faire rire alors que sa première carrière de comédien ambulant se déroulait bien plus au sud, en Occitanie. Je pense que ce choix était un choix d'intelligence vis à vis du Pouvoir . Il ne faut pas oublier que ce qui était patois pouvait être toléré mais pas une langue d'Oc qui avait rivalisé jusqu'à François 1er avec la langue d'Oil.
Bonjour @choupette @ lionne Amélie et les autres,

Lorsque je suis arrivée en Saintonge je me suis grandement intéressée au patois du pays de Matha , pourquoi ? Parce que je le comprenais bien !!! J'en ai parlé avec une dame du groupe local, très érudite.... je parle couramment le Gallo langue Gaélique du pays de Fougères .35.
Le mystère a été vite éclairci :
Les santons étaient les celtes qui se sont établis dans la future Saintonge donc mais aussi chez nous en haute Bretagne d' où mon père était originaire...ce sont les langues très nobles , le Gallo est reconnu maintenant comme langue et non comme patois !


YVES DUTEIL LA LANGUE DE CHEZ NOUS

https://youtu.be/XknXllpuXCY

Bonjour les Cagouillardes ... Moi qui suis du nord d’Angouleme , je reconnais que nous avons le même vocabulaire, à un poil près quelquefois , par exemple Mojette / Monjette . Il y a eu semble-t-il l’influence du patois poitevin. Mais j’ai fait une expérience que je vous raconte :
J’ai organisé et animé le mariage d’une de mes filles près d’Angouleme . Les nombreux invités venaient d’un peu partout en France , mais surtout de région parisienne et de Provence . J’ai fait un jeu : deviner le sens des mots charentais ( questions/ réponses à choix multiples). Les Charentais étaient évincés , chargés de récolter les réponses aux différentes tables . C’est une Marseillaise qui a gagné, et m’a expliqué qu’il y avait beaucoup de racines communes avec le Provençal ... étonnant , non?
J'ai reconnu aussi beaucoup de ressemblance avec le patois bressan.
Ces patois, ou langues régionales, proviennent toutes du vieux français .......
Ma réponse est partie dans les oubliettes. Il y a longtemps pourtant qu'on m'a dit de taper d'abord ma réponse sur Outlook et ensuite de couper coller pour le site. Mais tout ça est difficile.
Bref, je ne passe qu'aux conclusions que j'ai tirées à la fois de vos remarques, du livre "L'aventure des langues en Occident" qui m'a été offert par Furaxx et de mon Atlas Historique.
Uranie, je ne m'explique la présence du Gaélique en Saintonge que par l'invasion anglaise . Les fiefs français du Royaume d'Angleterre couvrent les deux tiers de la France, ceux du comté de Toulouse, un tiers et le reste qui s'étend au nord bien au delà de la France actuelle appartient en propre à la couronne française. Le pays de Galles et l'Irlande, gaéliques , sont indépendants. L'Ecosse gaélique est morcelée en plus d'un millier de fiefs dépendant tous de la couronne anglaise. Nos cousins écossais sont venus guerroyer chez nous, après tout la jupe était aussi portée par nos hommes et ça devait faciliter les naissances mixtes et le baragouin maternel bilingue sur plusieurs générations. Ce qui est remarquable, c'est qu'effectivement l'attachement de l'Ecosse à la France est bien présent : à Edimbourg, on n'a nulle peine à se faire comprendre en parlant français, le gallo-gaélique, tu devrais essayer Uranie dans un prochain voyage.... J'avoue que le kilt continue à m'inspirer des curiosités...
Manoucha, bien évidemment la Provence a connu de multiples passages de marchands, de soldats et de brassages linguistiques ; de plus le fonds celtique présent dans notre toponymie et dans les radicaux de nombreux mots d'usage domestique et agricole se retrouve dans le gallo-latin des paysans. Les Romains, contrairement aux colonisateurs modernes n'ont jamais eu la prétention d'imposer la langue latine qu'ils utilisaient peu dans la vie courante. Ils n'ont jamais fondé d'école sur les terres occupées. Le peuple parlait un grec vulgaire latinisé. Les pays de langues latines ont rapidement instauré leur grammaire, leur écriture et leur communication écrite . Les langues régionales ont ainsi conservé la mémoire de fonds originels très anciens. L'Europe actuelle n'a que 5 pays dont la France à avoir imposé une langue unique officielle ; MAIS toutes les langues régionales européennes sont un miracle de survie du parler de nos plus lointains ancêtres.
Bonjour Je tombe sur ce collectif par hasard Descendant de rouergats venus repeupler l'Aquitaine orientale,je suis fils de parents lotois (meuniers) depuis 1650 environ. Je suis donc "hors champ" par rapport à vos territoires. Excellente thèmatique culturelle ; enrichissante de notre savoir. Bravo ! TJC.
Bjr Rosalie, bjr TJC,
Concernant la Bresse, les fouilles du XXIème siècle concrétisent l'appartenance de cette région à la Tène celtique. Pour le Rouergue, il faudrait que je cherche davantage si dans la même période protohistorique, cette région appartient à la zone ligure ou celte , en tout cas très proches l'une de l'autre, puisque côté est du Rhône , nous sommes chez les Ligures et côté ouest nous sommes chez les Celtes ; tes lointains ancêtres TJC étaient en zone de rencontre ... Ensuite, TJC quand il y a eu déplacement en Agenais, là, ta famille se trouve franchement en Gaule celtique. La Gaule perdra la langue celte, les Bretagne(s) la garderont et notre "petite" (elle fut bien plus étendue qu'aujourd'hui !) Bretagne seulement dans la pointe de sa presqu'île proche de la Grande Bretagne...
Ensuite, TJC, que ce soit dans le Rouergue ou dans l'Agenais, nous sommes en zone romane.
Rosalie, quant à la Bresse et bien je n'en sais trop rien, j'ai pas encore lu suffisamment. Cependant, il me vient à l'idée que si la Suisse actuelle a deux langues officielles, l'une germanique , l'autre romane ; de ce fait, je pense que la zone de la Bresse est à la fois sous influence romane et gothique ((encore une fois ne pas oublier que nos ancêtres soldats, colporteurs, marchands, sont des marcheurs qui parlent !!! on les croit bien à tort toujours sédentaires... !) ....
Ce qui fait évoluer une langue c'est l'oralité, ce qui maintient en mémoire ancestrale les caractéristiques d'une langue, c'est toujours des particularismes régionaux, ce qui la stabilise c'est l'écrit, mais il arrive aussi que l'écrit, trop complexe, la fasse mourir. Les langues mortes sont reléguées dans les écrits anciens, dans les études "classiques" ou spécialisées.
bonjour à tous et surtout aux cagouillards ,

Nous les irréductibles Bretons .. ne nous sommes pas fait bouffer par la progéniture de Dame Eléonore d' Aquitaine ... la bougresse qui avait trouvé le moyen de se débarrasser de son époux le roi de France Louis VII (v deux bâtons) qui était un chevalier à la triste figure (tout mou ) pour demander en mariage le fringant et fougueux roi d' Angleterre Henri II Plantagenêt... qui d'ailleurs à la base était bien français Duc d'Anjou duc de Normandie et d'Aquitaine et puis roi d'Angleterre , la charmante lui a tricoté quelques 8 marmots .... purée elle avait quand même une bonne dizaine d'années de plus que lui ( une cougar qui avait le feu au C.. ) redoutable quoi !

il faut savoir que leur fils Richard Coeur de Lion ne parlait que français ouais il ne s'est même pas foulée à apprendre l'Anglais !

je ne voudrais pas dire ...mais vous les cagouillards vous vous êtes fait coloniser par la perfide Albion..grave! et cela est encore de nos jours, si vous allez à Saintes jour de marché on va dire que plus de 50% des clients sont des Britanniques qui s'y sont établis... pour la langue d'oc ça craint ( L'occitan ou langue d'oc est une langue romane.... blablabla )

voilà .. je ne suis pas une linguiste distinguée, c'était approximatif , mais quand même !
@Uranie , tu as raison , la colonisation des Charentes reste très actuelle : il existe des villages entiers anglais dans le nord-Charente ! J’avais une collègue psychologue scolaire qui était terrorisée quand elle devait se rendre dans l’école d’un de ces villages, et pour cause : elle ne parlait pas anglais !!! :roll: :P
Hello @ Manoucha !

En effet ! mon gendre dans le pays de Matha enseigne le Français aux Anglais du coin bénévolement lui parlant cette langue Anglaise "comme père et mère " certains Anglais s'y collent voulant s'intégrer totalement...mais d'autres "Non " pas gênés...merde ! quand on vit dans un pays la moindre des choses est de parler sa langue...
Matha, j’y ai habité, toute petite ville , mais très vivante et très agréable !
Spécialités alimentaires : est-ce que le Mijo existe en 17 ?
Il s’agit d’un bol de vin sucré dans lequel on fait tremper du pain . C’était un en-cas pour les paysans dans les champs .
Il y a aussi «  Chabrot , ou Chabrol (vin dans la soupe), mais c’est une coutume fréquente dans tout le sud-ouest.