Remariage : juste pour le meilleur ?

Remariage : juste pour le meilleur ?

8 | 2694 Consultations

Malgré des chiffres qui ne parlent pas en faveur du mariage - en France, près d’une union sur deux se termine par un divorce -, des dizaines de milliers de divorcés ou veufs n’hésitent pas chaque année à remettre le couvert. Ils représenteraient, d’après l’institut national d’études démographiques, 20% environ des unions annuelles.  En quoi, pour reprendre l’affirmation de Freud, « les seconds mariages sont souvent meilleurs que les premiers » ? Qu’est-ce qui différencie une seconde union de la première expérience conjugale ?  Et quelles règles suivre pour lui donner une vraie chance de réussite ?

 

Première union : entre idéaux et contraintes, un équilibre fragile

A l’aube d’une première union, on a souvent une image très idéalisée de la vie à deux. Ceci est en partie dû à l’évolution des représentations du couple au cours de l’histoire. Si traditionnellement, le mariage s’articulait autour de deux piliers : la procréation et un amour raisonnable entre les époux, l’historien Philippe Ariès rappelle que depuis le XVIIIe siècle, « un idéal marital s’est peu à peu constitué en Occident qui impose aux époux de s’aimer, ou de faire semblant de s’aimer comme des amants ». Cette logique mettrait d’après lui en péril l’amour passion et l’amour conjugal qui lui est assimilé. Le quotidien a en effet malheureusement tendance à creuser l’écart entre rêve et réalité. Les jeunes mariés sont par définition dans la construction, des bases affectives de leur couple bien sûr, de la création d’un foyer avec la naissance des enfants mais aussi des bases matérielles : carrière professionnelle, patrimoine, etc.  On est donc dans un schéma très structuré avec des projets d’avenir. La rationalité, qui prime souvent, et s’accompagne d’une routine contraignante finit par prendre le dessus sur le lien affectif pur et met ainsi à mal les idéaux premiers.  

La parentalité par ailleurs, s’il elle offre de merveilleux moments est aussi une source de stress et « vole » du temps et de l’intimité au couple. On se retrouve souvent à essayer, au mieux, de former une bonne équipe pour gérer des impératifs souvent contraignants.

Enfin, le mariage est généralement synonyme de jeunesse, d’apprentissage et de découverte. Le manque d’expérience et de recul peut mettre le couple en danger. Comme l’analyse Sylvie Angel, psychiatre et psychothérapeute de couple : « beaucoup de ces (premiers) mariages explosent, faute pour les conjoints d’avoir eu le temps de construire leur propre identité. Et aussi parce qu’à 20 ans, on ne parle pas ou peu de projet familial ou des convictions de chacun ».  

 

Une seconde union souvent plus sereine et aboutie

Le contexte qui entoure un remariage n’est pas toujours facile : les stigmates de la rupture ne disparaissent jamais tout à fait et il faut souvent composer avec les enfants des uns des autres… Par contre, cette deuxième chance présente de nombreux atouts.

Tout d’abord, on a un bagage derrière soi, l’expérience de la vie à deux. On accepte généralement mieux l’autre avec ses défauts car on a aussi pris conscience qu’on est soi-même loin d’être parfait ! Tout en restant exigeant sur la qualité de son couple, on peut se montrer plus conciliant et éviter d’accumuler les tensions nuisibles à ce dernier. D’autre part, après une première relation, on sait quel type de personnalité nous convient ou pas et on est plus à même de se tourner vers la « bonne » personne » qui assurera notre épanouissement personnel. On ne se connait pas mieux uniquement sur le plan psychique mais aussi sur le plan physique. On est plus expérimenté sexuellement, on connait mieux son corps, ce qui nous permet de nous affirmer et d’exprimer plus clairement nos besoins. L’expérience du remariage fait aussi passer la plupart des personnes de la parentalité à la conjugalité. Soit elles ont encore des enfants à charge mais en partagent la garde, ce qui leur laisse plus de temps pour leur nouveau couple, soit elles ont des enfants déjà grands et peuvent enfin envisager une relation amoureuse exclusive, en mode « nous deux ». Lorsque la parentalité est moins présente, les sujets de discorde diminuent souvent proportionnellement. Cela permet de valoriser à nouveau la relation, de mettre en avant ce qui nous lie plutôt que ce qui nous divise. La psychanalyste Fabienne Kraemer propose une lecture très positive du remariage : « ce que sous-tend la nouvelle union, c’est l’idée que s’aimer durablement vaut parfois plus le coup que d’aimer plusieurs fois follement. Quand elle est réussie, elle est beaucoup plus ésotérique et philosophique que la première : nous ratons moins l’autre ».

 

Mettre toutes les chances de son côté pour un remariage réussi  

Une première expérience doit nous avoir apporté une meilleure connaissance de nous-même ; c’est l’une des clés pour une suite réussie. On se doit donc de faire un travail d’introspection, essayer de comprendre pourquoi la relation n’a pas marché. Ne pas faire porter la responsabilité uniquement sur l’autre mais analyser nos réactions ; prendre du recul permet de nous rendre compte qu’on a parfois été trop exigeant avec notre partenaire, qu’on ne l’a pas assez valorisé, d’où un engrenage négatif. Avoir fait le deuil de la relation passée parait également primordial. Il faut avoir effacé au maximum les blessures liées à la séparation et se sentir détaché du conjoint précédent. Il ne doit plus avoir d’emprise sur nous. Cela reste compliqué lorsque le couple a des enfants et qu’il faut se projeter avec une famille recomposée. Apprendre à refaire confiance, même si on a vécu des expériences traumatisantes ou des trahisons, ainsi que savoir exprimer clairement ses attentes et ce qui est rédhibitoire pour nous est aussi un gage de réussite… Enfin, pour entretenir la flamme, même après être repassé devant le maire, pourquoi ne pas faire le choix de vivre séparément en sélectionnant les moments privilégiés pour se retrouver ? 

Avez-vous connu cette expérience du remariage ? Quels enseignements en avez-vous tiré ? Vos témoignages nous intéressent !

 

Photo © Adobe – Monkey Business

charlotte4575, 23.09.2021