La famille recomposée

La famille recomposée

4 | 2648 Consultations

En France près de deux millions d´enfants vivent en famille recomposée. Un nouveau modèle familial dans lequel l´un ou les deux partenaires d´un nouveau couple emmène avec ses bagages, un ou des enfants né(s) d´une relation précédente. Le défi majeur de tout ce petit monde, à savoir du parent biologique, de l´enfant et du beau-parent, sera celui de construire une nouvelle cellule familiale harmonieuse. Or se défaire de certains repères et en échafauder d´autres requiert une grande capacité d´adaptation et beaucoup de patience.  

 

La perte, racine originelle de la famille recomposée

Toute famille „patchwork“ a pour racine originelle une perte : un divorce, une rupture, un abondon du foyer conjugual, parfois un décès. Le parent seul et l´enfant doivent non seulement faire le „deuil“ de liens coupés mais aussi s´adapter à des changements objectifs (ville, maison, école etc.) mais aussi subjectifs (projections, rêves). C´est une période difficile, un bouleversement surtout pour les enfants. Une perte refoulée peut engendrer de l´hostilité entre les nouveaux partenaires ou du refus de „l´enfant orphelin“ à accepter le „nouvel entrant“ ainsi que ses rejetons. En effet la relation étroite qui liait le parent et l´enfant exclue d´une certaine manière le nouveau partenaire, lequel parvient difficilement à trouver sa place. D´où la nécessité de laisser son espace et son intimité à l´enfant et de garder une certaine distance. Le nouveau partenaire devra accepter de faire des compromis tout en restant lui-même et en assumant ses propres valeurs.

 

Respect et coopération de chacun

Dans cette constellation complexe, il faudra naviguer entre tact, délicatesse, compréhension et fermeté. La difficulté principale étant l´acceptation du nouveau beau-parent par le ou les enfants de l´union précédente, et vice-versa. Aucune obligation d´aimer le nouvel entrant mais respect et politesse s´imposent. Chacun devra s´armer de patience, d´empathie et de soutien du parent biologique envers son conjoint. Sans une solide complicité chez le couple lui-même, les enfants ne sauront trouver leur compte. L´autorité doit être régie par le parent biologique, toutefois le beau-parent  se devra de participer au bon fonctionnement de la maison, sans chercher à substituer le rôle du père ou de la mère biologique. La mise en place d´une discipline démocratique respectueuse est indispensable et la coopération de chacun est essentielle pour forger de nouvelles habitudes et assurer une cohabitation harmonieuse.  Petit à petit, il faudra élaborer ensemble une charte de la vie en communauté.  En apprenant à se tolérer, à ne pas empiéter sur l´espace vital de l´autre, tout en lui prodiguant de l´attention et de l´écoute, c´ est déjà un grand pas vers la réussite.

 

Laisser le temps faire les choses

„T´es pas ma mère ou t´es pas mon père, t´as pas à me donner des ordres !“ est une remarque classique chez les enfants issus de familles patchwork. L´enfant peut chercher à mettre en échec cette nouvelle relation qui lui déplait tant. Les adultes doivent comprendre que les enfants, contrairement à eux, ne sont pas dans la joie d´un amour débutant et que ceux-ci doivent faire face à une série d´épreuves. Citons par exemple la première rencontre du nouveau partenaire, la première rencontre de l´enfant ou des enfants du partenaire, les premières vacances ensemble, un éventuel emménagement etc. Une situation qui explique les réactions parfois violentes des enfants et le parent biologique devra user de toute sa diplomatie pour ne pas voler au secours de sa progéniture sans trop de discernement.  La belle histoire d'amour se voit vite menacée par des relations orageuses, un „passage obligé“ avant qu´une certaine harmonie se mette en place. Heureusement les enfants s´adaptent en général assez rapidement aux nouvelles situations. Etant tous „sur le même bateau“, ils se serrent les coudes, se découvrent des affinités et contribuent peu à peu à adoucir le climat familial.  Aussi voyant leur parent biologique se montrer heureux avec leur nouveau conjoint, ils apprennent lentement à tisser un lien avec ce dernier et à le respecter. Avec le temps les membres de cette nouvelle tribu s´ouvrent à de nouveaux horizons, développent des facultés d´adaptation, d´acceptation, de renoncement et de tolérance.  „Mine de rien vivre dans une famille recomposée, comme dans toute famille, c'est parfois compliqué, mais c'est toujours une belle aventure“, Catherine Dolto-Tolitch, médecin pédiatre et écrivain.

 

Que pensez-vous de ce nouveau modèle de famille ?  Avez-vous une expérience à nous faire partager ?

 

Photo © Fotalia -  Urheber: monropic

Betty_Nelly, 30.03.2016

Cet article ne dispose encore d'aucun commentaire.