Le chocolat, notre allié plaisir et santé

Le chocolat, notre allié plaisir et santé

8 | 615 Consultations

Il nous met l’eau à la bouche et ravit nos papilles jusqu’à nous rendre parfois « accros ». Découvert par nos ancêtres précolombiens qui lui attribuaient des qualités divines puis exporté par les colons vers l’Europe, le chocolat est un aliment bien à part. De par ses origines et son histoire tout d’abord. Du fait de son caractère fédérateur d’autre part : synonyme de plaisir, c’est l’aliment qu’on aime partager aussi bien au quotidien qu’à l’occasion d’évènements festifs. Alors qu’on aime le boire ou le croquer, revenons un peu sur ses origines, son procédé de fabrication et sur ses vertus !

 

Origines du chocolat 

Les toutes premières traces de l’exploitation du cacao sont très anciennes. Elles remonteraient à 3 300 av. J.C  dans le bassin amazonien d’Amérique équatoriale. Le cacaoyer aurait ensuite été introduit en Amérique Centrale par les Olmèques puis les Mayas. Ces derniers sont avec les Aztèques les premiers consommateurs de ce qu’on appelle aujourd’hui le chocolat. Ils préparaient un breuvage à base d’eau et de fèves de cacaoyer, le « xocoatl », qu’ils aromatisaient avec de la vanille et du piment. Ils attribuaient à cette boisson des vertus thérapeutiques, énergétiques et divines. Les fèves de cacao ont également servi de monnaie d’échange jusqu’à se transformer en véritable moyen de paiement. 

Le premier européen a avoir découvert le cacao à travers la boisson chocolatée des amérindiens serait Christophe Colomb. Mais c’est Hernán Cortes, conquistador espagnol qui le premier en rapporte en Europe, en 1528. La boisson commence quelques années plus tard à faire des émules au sein de la Cour de Charles Quint, grâce à une recette qui atténue l’amertume du cacao par l’ajout de vanille et de miel. Le chocolat devient particulièrement apprécié en Europe à partir du XVIIe siècle. Il est introduit en France par les juifs chassés d’Espagne qui s’installent à Bayonne puis en 1615 à la Cour du Roi Louis XIII par Anne d’Autriche. La production de chocolat connaît un essor important pendant la révolution industrielle et les premières fabriques apparaissent en Europe au début du XIXe siècle. C’est à cette époque qu’émergent les grands noms de l’industrie chocolatière : Cailler, Van Houten, Lindt…  La première tablette de chocolat est produite en 1847.

 

Du cabossage à la tablette de chocolat

Le cacaoyer pousse dans les régions chaudes et humides. Le premier pays producteur de cacao au monde est la Côte d’Ivoire avec 43% du volume produit. Il est suivi par le Ghana (19%), puis par l’Equateur et l’Indonésie (6%). Le cacaoyer est recouvert d’une quarantaine de fruits qu’on appelle les cabosses. L’important est de bien sélectionner ces cabosses qui seront cassées pour en extraire les fèves. Ces fèves de cacao sont ensuite fermentées, séchées puis torréfiées, ce qui permet aux arômes du chocolat de se développer. Lors de l’étape suivante du broyage, les fèves sont séparées de leur enveloppe puis l’on sépare le beurre de cacao de la poudre de cacao. On peut ensuite ajouter les ingrédients prévus dans la recette (sucre, lait, vanille, etc.) avant de procéder au conchage qui permet de réduire l’humidité et l’acidité du cacao et de donner de l’onctuosité à la pâte. On procède enfin au moulage du chocolat, préalablement garni de fruits secs ou confits, riz soufflé si besoin…

 

Le chocolat, un allié santé 

L’engouement des français pour le chocolat ne faiblit guère. Les français en consomment annuellement 7,3 kg et plus de chocolat noir que leurs voisins européens. Ils se placent ainsi au septième rang de la consommation mondiale. D’après une étude menée par le syndicat du chocolat, 9 français sur 10 déclarent aimer ce produit, ce qui en fait un aliment à part. Mais le chocolat se démarque également par sa forte dimension affective. Il est perçu par beaucoup d’entre nous comme une source de réconfort et est souvent associé à des moments festifs et de partage : Pâques, Noël ou tout simplement repas de famille ou entre amis. Comment expliquer cette « chocolatomanie »  et quels sont les bienfaits du cacao sur notre santé ?   

Outre le plaisir gustatif que procure sa consommation, le chocolat possède de nombreux atouts santé.  Mais ceci à condition de le consommer le plus pur possible car c’est le cacao qui renferme ses vertus. Donc exit le chocolat au lait ou blanc et bienvenue au chocolat noir à 70% minimum ou encore mieux au chocolat cru ! Le cacao est composé d’environ 500 molécules différentes dont certaines ont des propriétés psychoactives : La caféine et la théobromine ont des vertus stimulantes ; le magnésium, la sérotonine et le tryptophane ont des propriétés antidépressives. Voilà qui explique le côté addictif du chocolat ! Il ne faut pas non plus négliger les autres apports du chocolat.  Il est une source importante d’oligo-éléments : outre le magnésium, on peut citer le phosphore, le potassium, le cuivre et le fer. Il contient également des flavonoïdes, antioxydants qui piègent les radicaux libres. Enfin, la présence de polyphénols dans le cacao a conduit l'Autorité européenne de sécurité des aliments à souligner ses bienfaits pour notre système cardio-vasculaire. De quoi donc nous faire déculpabiliser la prochaine fois que nous craquerons pour un carré de chocolat !

Quel rapport entretenez-vous avec le chocolat ? Sa consommation fait-elle partie de votre routine quotidienne ? Comment, sous quelle forme l’appréciez-vous ?

 

Photo © Fotolia – Auteur : Yaruniv-Studio

charlotte4575, 18.07.2019

Chlorophylla
0 | 23.07.2019 10:59

... Ah ! Le chocolat ! ...
Un carré, plus rarement deux, avec mon petit café d'après déjeuner ; du noir exclusivement, à 80% minimum (pour son amertume), dans sa présentation la plus simple : en tablette. Et si «j'oublie» de faire mon petit café, je l'oublie aussi !
Parfois je fais un gros gâteau au chocolat, brownies ou cake. Mais j'aime de moins en moins ce qui est sucré.

AMELIE97
1 | 19.07.2019 18:00

La noix du cacaoyer est décorative. Au jardin de Paulo de St-Paul à La Réunion poussent toutes les espèces inimaginables de plantes, fleurs, arbustes et arbres endémiques, indigènes et exotiques aimant le soleil et c'est à son marché du samedi matin que j'ai donc pris cette noix. Elle est presque aussi grosse qu'une noix de coco, plus allongée (si vous voulez une sorte d'oeuf d'autruche tout veiné en relief) et donc on l'ouvre longitudinalement pour en manger les fèves. Dans le jardin de Paulo, il y a les cacaoyers blancs et les cacaoyers noirs mais bien sûr, seul Maître Paulo et sa maitresse jardinière adjointe vous en montreront bien les différences. Ensuite, on peut laisser sécher la noix une fois ouverte encore et c'est encore très joli.
Je déteste le chocolat noir à 100 pour cent, il est trop amer ; c'est le plus cher alors que c'est celui qui devrait être le meilleur marché car il demande beaucoup moins de préparation que les autres. Mais bien sûr l'industrie agro-alimentaire fait les bénéfices sur l'engouement des gens. Bref, le chocolat noir je le prends donc à 70 pour cent, car on le trouve ainsi assez couramment, on trouve moins couramment celui à 80 pour cent... Bref, il faut que le chocolat reste plaisir. J'ai d'autant plus plaisir à en avoir tout le temps dans mon sac (malgré la chaleur qui le fait fondre, mais je le mets dans une boîte plastique) que je sais que, en plus c'est bénéfique pour la santé. Je ne connais personne de mécontent qu'on lui offre un chocolat. Offrir un chocolat c'est le sourire immédiat qui éclaire le visage même fatigué... Evidemment, les périodes de fêtes sont l'occasion de ripailles de tous les chocolats fourrés, blancs, liquoreux, au lait, aux noisettes, etc... toutes les fantaisies et alors j'en offre, j'en déguste sans aucune restriction.
Tout ce que j'ai dit sur le jardin de Paulo et bien c'est de la pub certes. Je sais bien que vous êtes une bonne douzaine au moins, les amis de la Réunion à faire cache cache sur club50+. Et bien allez-y si Amélie97 ne vous y emmène pas avec Urbeez. Et les visiteurs de notre île, et bien ne vous en privez pas. Vous serez dans un paradis naturel de toutes les bonnes et belle choses à manger, à sentir, à regarder. Vivent les cacaoyers, le chocolat et tous les princes et princesses du chocolat.
On n'a pas parlé du chocolat chaud à boire, un délice chez nos voisins espagnols et il paraît que l'Europe (qui interdit tant de choses anciennes qui étaient bien pratiques) a fait une dérogation pour le chocolat à boire espagnol parce que dans sa préparation, il y a quelque chose qui normalement n'est pas très bon pour la santé. ¨N'empêche que je le trouve excellent.

Edel13
2 | 19.07.2019 09:07

J'adore le chocolat noir de préférence, mais s'il a une autre couleur, je l'accepte aussi.;) et s'il se trouve dans les gâteaux ou dans un lait bien mousseux aussi ;)

ASTER73
3 | 18.07.2019 15:53

Rires...je viens juste de finir 32 sablés tout chocolat pour apporter à mes amis ce week end....je vais donc leur faire le plus grand bien !!!