Les seniors et le monde digital

Les seniors et le monde digital

4 | 473 Consultations

Internet est un outil formidable : il crée du lien, ouvre de nouveaux horizons et facilite nombre de démarches du quotidien. S’il y a encore deux décennies, on pouvait clairement évoquer l’existence d’une fracture numérique générationnelle, qu’en est-il aujourd’hui ? Pour étudier le rapport actuel des seniors au monde digital, nous verrons tout d’abord pourquoi l’accès aux technologies de l’information et de la communication est particulièrement important pour eux. Nous étudierons ensuite le « profil » numérique des plus de 55 ans par rapport aux jeunes générations nées quasiment avec une tablette entre les mains et enfin l’usage qu’ils font aujourd’hui du numérique.

 

Les seniors et le numérique, un lien bénéfique

Le numérique nous accompagne désormais dans notre quotidien et apparaît, notamment pour les seniors, comme un outil capital. Il nous permet tout d’abord de communiquer avec nos proches et autres relations. Dans une société où la mobilité est de plus en plus grande, le fait de pouvoir échanger quasiment instantanément par le biais de messages, photos ou de la vidéo est particulièrement précieux. Il n’est pas rare aujourd’hui de voir des familles dispatchées à travers le monde, que ce soit les enfants professionnellement expatriés ou les grands-parents retraités ayant fait le choix de s’installer sous d’autres latitudes… Quel bonheur de pouvoir suivre alors, presque en temps réel, les progrès de son petit-fils ! D’autre part, les seniors sont d’une manière générale plus exposés à la solitude. Les journées peuvent sembler longues quand les enfants ont quitté la maison ou que les visages familiers des collègues ne rythment plus le quotidien. Internet permet de multiplier les interactions non seulement avec ses proches mais aussi avec d’autres réseaux et créer ainsi des liens amicaux ou amoureux, comme sur notre site bien-sûr ! :-) Le numérique nous ouvre également de nouveaux horizons. Internet est une source d’information inépuisable et nous permet, tout comme les réseaux sociaux, de découvrir d’autres modes de vie et moult initiatives et projets intéressants. C’est aussi un lieu de débat pouvant entrainer une riche émulation intellectuelle. Enfin, pour une partie des seniors moins mobiles physiquement, l’accès aux services en ligne, administratifs notamment, facilite souvent considérablement leur quotidien.

 

Des «  no digitals » aux « digital natives », petite approche sociologique du numérique…

Pour étudier la question d’une éventuelle fracture numérique générationnelle, penchons nous sur les cinq types de générations répertoriées. Parmi les seniors tout d’abord, on peut différencier les « no digitals », qui n’ont pas grandi avec le numérique et n’ont pas appris ses fonctionnalités des « digital immigrants ». Ces derniers sont les baby-boomers, nés entre 1946 et 1964. Ils ont vu le jour avant l’ère du numérique et c’est au fur et à mesure qu’ils en ont appris les codes. Cette génération, dont les membres quittent aujourd’hui progressivement le monde du travail, ou sont déjà retraités, a dû s’adapter aux bouleversements technologiques. Elle a traversé toute l’évolution du numérique, du premier email envoyé officiellement en 1971 au premier site web lancé en 1990, du premier réseau social né en 1995 (« Classmates », pendant de notre « copains d’avant ») à l’avènement de la téléphonie mobile dans les années 2000. La génération X, née entre 1965 et 1979 a elle aussi grandi au rythme des mutations technologiques tandis que les deux suivantes que l’on nomme les générations Y (1980-1992) et Z (1993-2005) entrent dans la catégorie des « digital natives». Ce sont « les enfants du numérique », véritablement nés avec Internet.

 

Des seniors davantage, et mieux connectés

Le baromètre SOFRES de 2016, orienté sur les plus de 55 ans, nous offre un aperçu très intéressant de leur rapport au monde digital et nous montre que la fracture numérique générationnelle tend à s’estomper. Il ressort tout d’abord que les seniors recherchent, plus qu’avant, l’ouverture aux autres, la communication et le lien. Ils se sentent d’ailleurs seniors plus tardivement, vers 70 ans. Cette étude révèle que près de 2 seniors sur 3 (1 sur 4 pour les 75 ans et plus) utilisent Internet au moins rarement. 1 sur 3 l’utilise très souvent. Leur taux d’équipement en outils connectés est élevé, bien que restant inférieur à celui des actifs : plus de 2 seniors sur 3 sont équipés. Parmi ceux-ci, les hommes, les jeunes seniors et les catégories professionnelles supérieures sont surreprésentés. Il persiste cependant chez les plus anciens des réticences à utiliser Internet, par manque d’acquis au cours de leur vie professionnelle, ou à cause de difficultés d’apprentissage. Mais quand ces obstacles sont surmontés, l’accès au numérique permet « d’accroître la communication et l’information sur le monde qui les entoure ». Certains gestes digitaux font partie du quotidien des seniors, en particulier le suivi de leurs comptes bancaires et le traitement et échange de photographies et autres documents. Ils sont en revanche très peu intéressés par les jeux et les plus anciens utilisent peu les sites de vente en ligne. « Au total » souligne l’étude, « Internet fonctionne comme un élixir de jouvence incontestable » : plus on utilise Internet et moins on se sent  senior.

Et vous, comment avez-vous abordé les bouleversements technologiques des dernières décennies? Comment vivez-vous l’ère du numérique ? Etes-vous suffisamment équipés et bien connectés ? Combien de temps passez-vous environ par jour sur notre site?

Vos témoignages nous intéressent !

 

Photo © Adobe – Auteur : Yakobchuk Olena

charlotte4575, 02.10.2019

AMELIE97
0 | 04.10.2019 04:57

Encore une fois le message m, a été arraché par votre système informatique avant que j'aie eu fait "envoyer". Je souffre donc de ne savoir bâtir d'abord un message hors direct pour le transmettre ensuite. Bref, je reprends donc ce que j'avais écrit de mémoire. Je suis née en 1944 donc avant les babies boomers. Je n,envisage pas de vivre un seul jour sans utiliser mes outils informatiques le plus u
Important étant le smartphone sur lequel je vous écris en ce moment mon ordinateur tablette me suit mais je ne peux pas le connecter partout et si je repars une autre fois hors réunion je ne le prendrai pas J'ai aussi à la maison un ordinateur portable plus lourd. Il m'arrive d'utiliser spontanément deux des appareils, voire trois. Je suis tranquille car sécurisée par la gestion informatisée de tous les prélèvements de la vie économique et des services plus personnels tels que abonnements, consultation ou utilisation des comptes Je suis organisatrice de sorties OVS/URBEEZ et je ne pourrais le faire sans l'informatique et le téléphone et whatsap. Je n'habiterai pas à 10000 km des miens si je n'étais informée de leur santé et besoins sur l,heure il y a beaucoup de choses que je ne sais pas faire je me retrouve dans la situation de ma grand-mère . Ayant grandi avant l'école Jules Ferry, et bien elle a du apprendre avec ses enfants... pas autant qu'eux mais l'essentiel pour vivre avec son temps.

rednigth
1 | 03.10.2019 10:06

C'est très bien pour les anciens de profiter de ce système,mais je pense qu'au début ils sont tres vulnérables

mimosa13
2 | 03.10.2019 08:49

Personnellement je trouve tout cela fascinant et m'y intéresse. Je suis équipée, cherche à découvrir les nouveautés, et toujours étonnée de tout ce que l'on peut faire ... tout en sachant que l'on utilise une infime partie des possibilités ! Souvent un peu compliqué c'est vrai mais une petite recherche sur le net, des questions à d'autres utilisateurs, et on fini par bien se débrouiller. C'est magique tout ce que l'on invente, les nouvelles générations trempent dedans dès la naissance, c'est certainement plus facile pour eux !!!