Les seniors face au VIH

Les seniors face au VIH

3 | 920 Consultations

Il n’y a pas d’âge pour s’aimer, bien au contraire, de nombreuses études montrent que le sexe est un excellent élixir de jouvence ! Il semblerait malheureusement qu’en France, les séniors ne soient pas assez sensibilisés aux risques de contamination par le VIH.

 

Un constat amer 

Les résultats d’une étude publiés par Santé Publique France à la fin du mois de novembre à la veille de la Journée Mondiale de Lutte contre le SIDA pointent l’augmentation quasi constante des cas de contamination par le VIH chez les personnes de plus de 50 ans entre 2008 et 2014 avec une stabilisation à partir de 2014.  La progression est estimée à 22% sur cette période. Parmi les quelques 6000 personnes ayant découvert leur séropositivité en France en 2016, 20 % d’entre elles étaient âgées de plus de 50 ans. Même si les 25-49 ans restent les plus touchés par le virus, on note pour cette tranche d’âge une diminution de 14% des découvertes de contamination entre 2008 et 2016. Le même article souligne que parmi les seniors ayant découvert leur séropositivité en 2016, la tranche d’âge la plus touchée est celle des 50-59 ans, les 60-69 ans représentant 23 % et les 70 ans et plus 4%. Les trois-quarts des seniors touchés sont des hommes, répartis à part quasi égale entre les hommes ayant eu des rapports homosexuels (47%) et hétérosexuels (51%). Ce constat différencie les hommes seniors des hommes de 25-49 ans dont 66% ont contracté le virus lors de rapports entre hommes.

 

Des dépistages trop rares et trop tardifs

L’étude souligne qu’une proportion élevée de seniors ayant découvert leur séropositivité en 2016 n’avait jamais effectué de test de dépistage auparavant (48% contre 42% chez les 25-49 ans). D’autre part, même si le taux de détection du virus à un stade avancé de l’infection a diminué chez les seniors au cours de la dernière décennie, il reste encore trop élevé.

Ces diagnostics tardifs empêchent malheureusement la prise dans des délais raisonnables d’antirétroviraux capables de bloquer certaines étapes du cycle de multiplication du VIH. Et l’on sait aujourd’hui que ces traitements sont également susceptibles de limiter fortement la transmission du virus s’ils sont pris à un stade précoce. En ce qui concerne l’usage du préservatif, Santé Publique France fait référence à l’enquête Baromètre 2016 dont il ressort que si les seniors hétérosexuels pratiquent moins le multipartenariat « ou le fait d’avoir eu un nouveau partenaire dans les 12 derniers mois » que les plus jeunes,  ils utilisent aussi moins les préservatifs (49% vs 79% des 25-49 ans).

 

Comment expliquer cette trop faible vigilance ?

Une enquête intitulée « VIH et seniors » réalisée par OpinionWay en 2014 pointait le manque de sensibilisation des séniors au VIH. Ils se considèrent bien informés mais 12 % seulement de la tranche 50-70 ans déclarent « se sentir concernés » par le VIH. Ils ne s’estiment pas faire partie des populations les plus à risque. Comment expliquer ce phénomène ? Il semblerait qu’une certaine banalisation du VIH se soit installée due au succès des antirétroviraux et à l’allongement de l’espérance de vie des personnes séropositives. D'autre part, si certains seniors de la tranche des 50-60 ans - la plus touchée - ont été sensibilisés jeunes au VIH au plus fort des années SIDA, à partir des années 80, on peut penser qu’un bon nombre d’entre eux étaient déjà installés dans une vie de famille stable et se sont éloignés des questions de la protection et du dépistage. Pour le Dr Cédric Arvieux, médecin infectiologue au CHU de Rennes, les personnes prenant le plus de risques sont les cinquentenaires qui divorcent : « L'une des situations de contamination fréquemment observée est celle des couples qui se séparent, à 40 ou 50 ans. Les ex-conjoints ont de nouveaux partenaires sexuels, alors qu'ils ont perdu l'habitude de mettre un préservatif, considéré comme lié à la sexualité des plus jeunes. Ils prennent donc des risques avec ce nouveau partenaire et ne vont pas être amenés à être dépistés par la suite ». Il pointe le rôle essentiel mais encore trop faible joué par les professionnels de santé auprès des seniors pour les sensibiliser aux risques encourus. Les soignants parlent plus difficilement de sexualité avec les plus âgés, ce qui montre que la sexualité des seniors reste un sujet tabou dans notre société. D’autre part,  ils ont tendance à percevoir les seniors comme étant plus stables, ‘installés’ et donc moins à risque que les jeunes. Selon le Dr Arvieux, les soignants passent souvent à côté de l’éventualité d’une contamination par le VIH et proposent donc trop rarement un dépistage : certaines pathologies fréquemment développées par des personnes séropositives comme l’infection pulmonaire ou le Zona sont aussi plus fréquentes chez les personnes plus âgées. Il semble donc urgent que l’état mette en place des campagnes de prévention et de sensibilisation plus ciblées.

Rappellons qu’il existe aujourd’hui deux nouveaux « outils » de prévention importants :

Un test de dépistage rapide (TROD) qui permet d’avoir un résultat en 30 mn et qui est totalement fiable 3 mois après une exposition éventuelle au VIH ; un traitement post-exposition diminuant le risque de contamination suite à un rapport non protégé, à prendre dans les 28 jours suivant l’exposition.Toutes ces informations et bien d’autres encore sont consultables sur le site de Sida Info Service.org. Pensez à vous protéger et à vous faire dépister !

Et vous-même, vous sentez-vous concerné(e) par le VIH ; assez informé(e) et sensibilisé(e) ?

Est ce un thème que vous abordez facilement avec vos partenaires et avec le personnel médical ? Avez-vous déjà été approché(e) par ce dernier à ce sujet ? Votre vécu ainsi que votre analyse nous intéressent !  

 

Photo © Fotolia – Auteur : Natali_Mis

 

charlotte4575, 10.01.2019

toujourscurieux
0 | 16.01.2019 19:23

Jospin (oui ! je dis bien Jospin) disait:"Sida ou autres,connais pas:je suis fidèle";
Evident !! TJC

Poupou78
1 | 16.01.2019 00:19

Au mois de septembre, j'ai consulté un professionnel de santé (mon gynécologue) pour effectuer un test VIH.
Sa première réaction a été de me dire avec un sourire en coin " alors madame n'a pas été sage".
Je lui ai répondu que je ne crois pas que la loi m'interdise d'effectuer un examen
si je le désire et que mon seul partenaire a été le même pendant des années, mon mari.
J'ai trouvé sa remarque déplacée. Ce genre d'allusion peut en décourager plus d'un...

dejabiencuit
2 | 15.01.2019 22:39

personnellement c'est quelque chose qui doit nous interpeller
je suis pour la liberté sexuelle dans le respect de l'autre, ce serait terrible pour moi de mettre en péril une partenaire donc je fais attention à ce que je fais et surtout avec qui donc pour éviter toute erreur de parcours, je ne fais rien tout simplement.
Parce que si les hommes couchent, c'est vrai, les femmes de nos jours couchent aussi et encore plus vite à nos âges, je sais vous allez me crucifier mais tant pis, c'est écrit lol !
donc prudence

Poupou78
1 | 15.01.2019 00:39

Cela reflète bien notre société. je constate qu'il y a que des femmes qui ont donné leurs avis sur un sujet aussi important.
Où sont les avis des messieurs? Nous sommes tous concernés.
Pour ma part, j'ai eu le même partenaire pendant plus de 21 ans et j'ai fait un test de dépistage du VIH.
Au début, lorsqu'on a une relation avec un partenaire sexuel, il est impératif d'utiliser un préservatif. Par la suite la relation devenant plus sérieuse, on demande la présentation des résultats des test MST et VIH récemment effectués. Pour ceux qui ont des partenaires multiples la question ne se pose pas...utilisez le préservatif, c'est du bon sens.

choupette56
2 | 12.01.2019 22:26

Pour faire court (pour une fois) :
sur le chat un soir j'ai évoqué le problème.
La réponse d'un monsieur a été :
- beh (bééééééééééé) pourquoi à notre âge, on risque plus rien, vous êtes toutes ménopausées !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Cela résume assez bien le .............. allez je vais rester gentille !

nade2812
3 | 11.01.2019 22:27

Rares sont les hommes qui acceptent d apporter les rapports d un examen de santé contre le VIH ou autres infections. Aucune preuve de ton hygiène , tu me diras ce que tu veux, j 'm'en moque.
Une seule fois, j ai fait l impasse et ce monsieur s est retrouvé avec de l Herpés et m'en a fait porter le chapeau.
J'en ai souffert. je lui ai dit, terminé entre nous, vas voir ton ex qui t a largué, sais tu qui elle a fréquenté ? Dans le doute, j ai fait tous les examens qu il faut pour savoir si j'étais porteuse saine;
Certaines études, voire toubib disent qu'il n y a rien pour s'en assurer, c'est totalement faux.
Je suis rassurée, je ne suis pas porteuse du virus de l'Herpés ni d MST. Pas plus du VIH alors que j ai été transfusée en 1981, époque où il n y avait pas de recherche, sous le gouvernement de Monsieur Fabius soit disant pas au courant, mais bon, quand l'économie se mêle de la santé, gauche ou droite au pouvoir, sont tous lamentable.

pimousse
4 | 11.01.2019 00:01

depuis quelque temps je suis un peu ahurie de rencontrer des hommes qui quand on leur parle capote ( soyons clairs ) me répondent des trucs inouïs :

l un d 'entre eux m' a repondu sèchement je me lave tous les jours en me toisant d un air courroucé autant dire que j'ai pris la fuite fissa ….

ou alors d'autres éludent et me disent je ne traine pas avec n importe qui etc etc ...les bactéries ne se voient pas a l'oeil nu ça se saurait n'est ce pas …...quand ce n'est pas le fameux je viens de faire un bilan je n'ai rien ….. lol

francoise57
2 | 10.01.2019 19:26

Une autre MST est le papilloma virus, contre lequel le préservatif est inopérant. Il peut mener au cancer de l'utérus, est insidieux, et n'est jamais recherché...Même un mari fidèle peut vous le transmettre! C'est bien que l'accent soit mis sur le VIH, d'autant que les gynéco, de nos jours, sont à l'écoute et vous proposent le test. Ne soyez pas idiots, faites le!!! Avant de décider d'enlever le latex!!!!

francoise57
3 | 10.01.2019 19:17

En effet, Malaja, en parler avec les médecins est facile de nos jours.
Sauf que... il y a des MST contre lesquelles le préservatif est inopérant, il faut le savoir... Le papilloma virus, par exemple.... qui peut provoquer un cancer de l'utérus. Et qui peut être transmis en toute innocence par votre mari, parfaitement fidèle!!!!
les MST ne se limitent pas au VIH.

NELLIA
1 | 10.01.2019 18:56

un article qui prend en compte une réalité...
mais voilà, les articles, pour ceux et celles qui n'ont jamais connu le sexe avec latex... ça ne remplace pas l'expérience... les peurs, les doutes...
les mises en garde ... les idées reçues.
On parle bien du VIH, peu des hépatites qui sont ultra dangereuses, mais contre lesquelles ont peu être vacciné.
Dans quel cas le préservatif est OBLIGATOIRE : Toute pénétration... est ce assez clair ?

les questions : et le plaisir, pour le sexe oral par ex... ?
combien de messieurs, ne souhaitent pas mettre de préservatif pour le sexe oral ? beaucoup....
il serait bien... que des messieurs, parlent CASH et donnent leurs impressions AVEC....

un sujet a été ouvert sur le forum, et jusque là... peu de personnes apportent leurs vécus... beaucoup traitent le sujet avec légèreté/humour, ou le trouvent inutile... A nos âges si on ne sait pas... !!! et bien tout le monde ne sait pas pour toutes les pratiques... oui pour la plus classique la plus évidente et le reste, pour les personnes qui n'ont jamais pratiqué... c'est compliqué, et parfois gênant d'en parler et de demander...

Alors messieurs n'hésitez pas à donner vos impressions... sur le préservatif féminin, le préservatif masculin et le plaisir dans les préliminaires...

Personnellement je n'ai pas trouvé que ça enlevait quoi que ce soit au plaisir ...

et pour trouver un préservatif féminin en pharmacie.... ben je n'en trouve pas et OUI c'est très cher...

pour le dépistage de toutes les maladies sexuellement transmissibles et les infections sexuellement transmissibles, il y a de nombreux centres où tout est gratuit et anonyme.

malaja
4 | 10.01.2019 15:26

ah oui alors : cette maladie est trop grave pour la prendre à la légère, et il est de bon sens de s'en protéger !
célibataire depuis bientôt 14 ans c'est un sujet incontournable avec un possible partenaire et ma devise est "si on n'en met pas, on ne le fait pas" :)
et c'est vrai que j'ai été scotchée par la réaction de certains...
à ceux qui me disent que je peux être tranquille ils sont sérieux et je ne risque rien je réponds invariablement "mais tu ne sais pas ce que j'ai fait hier, tu te protèges également toi-même"
j'ai commencé ma vie amoureuse avec le préservatif, seule contraception possible avant la pilule, je croyais que pour les gens de ma génération c'était banal ? eh bien non !
certains hommes en ont peur, ils croient que ça va stopper net leur ardeur.
or il n'en est rien, au contraire !
d'abord, utiliser le préservatif entre naturellement dans les préliminaires, et ensuite la gamme actuelle n'a rien à voir avec ce qui existait dans les années 70 : vous avez un choix incroyable de modèles aux multiples talents ;)
enfin et pour finir, à ceux qui prétendent qu'ils ont un problème de "taille" ils doivent savoir que le préservatif féminin répond parfaitement à cette question :) (même si hélas ce dernier est plus cher que les autres et encore trop confidentiel pour être vendu dans toutes les pharmacies).
quant à en parler avec son médecin cela me semble tout aussi naturel : un problème de santé relève du médecin, non ? demander un dépistage du VIH ne pose pas plus de problème que celui du cholestérol ou des triglycérides.
"sortons couverts"