Cultiver sa différence

Cultiver sa différence

12 | 6460 Consultations

Alors que certains sont conditionnés depuis leur enfance pour rentrer dans des cases, d’autres dénotent, font tâche et peinent à s’adapter car ils sont différents : par leur façon de penser, leur comportement, leur physique, leur handicap. Ceux qui sortent des clous sont souvent qualifiés de marginaux, d’anticonformistes ou pire encore d’inaptes. Y aurait-il une unique façon de penser et d’agir à laquelle nous devrions tous nous soumettre ? Non, loin de là. Nous démontrerons dans cet article que certains ont refusé de renier ce qu’ils sont vraiment pour au contraire, cultiver leur différence et en faire leur force.

 

Faire de son handicap une force

Beethoven négligeait fortement sa pratique de l’instrument et préférait travailler ses propres compositions plutôt que de répéter les morceaux des autres. Lorsqu’il perdit l’audition, on aurait pu imaginer que cela annoncerait la fin de son appétence pour la musique. Mais pas du tout, sa surdité a sculpté sa musique.  Il a intelligemment exploité sa créativité et son handicap devenus sa force et ce, malgré les avis de l’époque.  En général, cultiver sa différence contribue à  éveiller les consciences et à faire changer le regard des autres. Prenons un autre exemple : le mannequin Winnie Harlow, atteinte de vitiligo (dépigmentation de la peau), a permis de briser le tabou de cette maladie et a prouvé que la beauté n’était pas forcément synonyme d’uniformité. Il importe d’expérimenter de nouvelles choses, en remettant certaines normes souvent ennuyeuses en question, et faire progresser choses. Cultiver sa différence c’est participer à ce changement, que ce soit à une petite ou à une plus grande échelle.

 

Refuser de rentrer dans le moule

« Soyez vous-même, tous les autres sont déjà pris » disait Oscar Wilde. Chacun de nous a quelque chose, un atout, une différence qui peut faire du bien au monde. Cela peut être un talent, une aptitude, une façon de penser, un critère physique, un handicap. Comment donner un sens à cette différence ? : en retournant la situation, en rendant un climat sympathique et constructif et en vivant en toute plénitude sa condition de « mouton noir ». D’autre part il convient de changer de perspective, de ne surtout pas laisser un groupe décider pour vous de ce que vous êtes. Bien que le chemin soit difficile, ne perdez pas votre temps avec ceux qui vous limitent, mais apprenez plutôt à forger et renforcer votre estime de soi et cultiver votre personnalité. Certes il faut s’armer d’ une sacrée dose d’optimisme et d’une certaine audace pour oser être soi-même lorsqu’on n’est « pas comme les autres »...  Cela demande surtout de cesser de vouloir plaire à tout le monde et de miser davantage son authenticité que sur son apparence. Chris Ballois, qui a battu le record du monde de vitesse en kitesurf, affirme : « Mon handicap est ma force et surtout ma différence.» Il est devenu une icône, aussi bien dans l’univers du handisport que dans celui des valides. L'accès au sport pour les personnes handicapées est l'un de ses combats avec comme objectif l’envie de transmettre ce que le sport lui a donné, c’est-à-dire se dépasser soi-même et rendre possible les choses qui sont considérées par le plus grand nombre comme impossible…

 

Faire sauter les normes de beauté

On a beau dire que la beauté est subjective, nous avons toutes et tous intégrés les mêmes « standards de beauté ». Une jambe en moins, un bras en moins, un physique disgracieux, nous écarte très vite de la norme. Touchés par cette différence, certains ont refusé de s’avouer vaincu et ont saisi l’occasion pour devenir avant-gardiste et faire chambouler les mentalités. Elles/ils ont choisi de mettre en valeur leur handicap et sont devenus en quelque sorte un modèle de courage et de confiance en soi. Lizzie Velasquez, cruellement surnommée la « femme la plus laide du monde », est atteinte d’une maladie très rare qui atrophie son corps. Elle pèse à peine 30 kilos et est aveugle d’un œil. En découvrant les commentaires hostiles postés sur Internet suite à une vidéo d’elle prise à son insu, sa vie a pris un tournant décisif. Aujourd’hui elle est « oratrice motivationnelle », auteur de plusieurs livres et porte-parole des victimes de cyber-harcèlement. Elle est devenue une source d’inspiration suscitant respect et admiration. Autre exemple : Guillaume Bats, humoriste, a comme particularité d’être atteint de la maladie des os de verre. Il possède un incroyable sens de l’autodérision. A travers ses sketches variés, il explique entre autres comment perdre les idées reçues sur son handicap en faisant découvrir au public, malgré son physique hors-norme, quelques techniques pour choper des nanas en leur faisant pitié, repoussant ainsi les limites de l'humour…

 

Que vous inspire ce sujet ? Vous sentez-vous différent(e)? Si oui, comment vivez-vous cette différence ?

 

 

Photo © Adobe – Auteur : Browneyesboyua

Betty_Nelly, 31.10.2019