Vers la fin du changement d'heure?

Vers la fin du changement d'heure?

7 | 2617 Consultations

Le changement d'heure en vigueur dans notre pays consiste à avancer nos horloges d'une heure le dernier week-end du mois de mars. Cet horaire estival, en décalage de deux heures par rapport à l’heure solaire, se termine le dernier week-end d'octobre où nous retrouvons notre horaire classique. Cette habitude, prise il y a bien longtemps, est aujourd'hui remise en question. Les bienfaits de cet horaire d'été ne semblent plus si évidents qu'on le pensait et un retour en arrière pourrait bien avoir lieu dans quelques temps. Nous reviendrons sur les origines du changement d’heure et verrons pourquoi il est aujourd’hui controversé. Nous observerons ensuite quelles orientations se dessinent suite aux consultations populaires engagées aux niveaux national et européen.

 

Qui est à l'origine du changement d'heure ?

La première personne à avoir évoqué la possibilité d'un changement d'heure est Benjamin Franklin en 1784 dans un quotidien français. Il pensait alors économie d'énergie. L'idée reste sans suite jusqu'en 1907 quand William Willet, un britannique, lance une campagne contre le gaspillage de la lumière. De nombreux pays suivent alors le mouvement et le premier changement d'horaire estival a lieu en France en 1916. La France passe à l’heure allemande sous l’occupation, avec un décalage de deux heures par rapport au temps moyen de Greenwich. Elle reviendra à l’heure d’été en 1975, à la suite du choc pétrolier. Cette crise financière conduit en effet à la recherche d'économies d'énergie et le but est de diminuer l'utilisation des éclairages en soirée. Cette mesure est donc toujours de mise aujourd'hui, et les pays de l'Union Européenne se sont alignés sur ces changements d'horaires en 1980 afin de faciliter les échanges.

 

Un rituel controversé

Le passage à l'heure d'été est depuis longtemps controversé et ce pour de nombreuses raisons. Les principaux effets négatifs concernent en priorité la santé des populations, les plus touchés étant les jeunes enfants et les personnes âgées. Le manque de sommeil est l'une des premières conséquences à laquelle on pense, notre horloge biologique étant naturellement perturbée par cette amputation du temps de sommeil. D’autre part, l’ensoleillement plus tardif en été retarde la production de mélatonine, l’hormone du sommeil, par le cerveau, ce qui provoque des difficultés d’endormissement et des insomnies. Des études ont également mis en avant l’augmentation des infarctus et troubles cardiaques liée aux ajustements de nos pendules, ainsi que des risques de diabète ou de prise de poids. On noterait par ailleurs une recrudescence des accidents de la route à cause de la fatigue. Les animaux ne sont pas épargnés, comme les vaches par exemple, dont la lactation et la qualité du lait sont perturbées par le changement d’heure de la traite.

D’autre part, les bénéfices réels en terme d’économie d’énergie ne sont plus flagrants. Il est à l'heure actuelle difficile d'évaluer quelles sont les économies réalisées réellement. Celles-ci seraient limitées par l'utilisation de plus en plus courante de lampes à économie d'énergie comme les LED. Néanmoins, EDF relève chaque année une diminution de 4 % de la consommation d'électricité sur le territoire. La société indique également un net adoucissement des pics observés au printemps et à l'automne sur les courbes de consommation nationale.

 

Quel futur pour nos pendules ?

Suite à toutes ces remises en question, la Commission européenne a décidé de consulter l'ensemble des citoyens de l'Union afin de connaître l'avis général de la population. 83 % des 4,6 millions de personnes ayant répondu au sondage sont pour la suppression du changement d'horaire. Cette nouveauté a bien été actée par le Parlement européen et prendra effet en 2021. Le projet a déjà deux ans de retard par rapport à ce qui était initialement prévu. C'est à présent au niveau national que tout se joue. En effet chaque pays doit choisir le fuseau horaire qu'il souhaite. La France restera donc définitivement et tout au long de l'année soit à l'heure d'hiver, soit à l'heure d'été. Les Français ont été consultés par la Commission des affaires européennes de l'assemblée, entre le 4 février et le 3 mars 2019. D'après les résultats, plus de 59 % des participants préféreraient vivre à l'heure d'été. Ceux-ci soulignent en priorité la meilleure qualité de vie offerte par cet horaire, grâce notamment à la luminosité prolongée en soirée.  Les commerçants en particulier penchent pour l’heure d’été qui selon eux dynamise l’activité économique.

Le débat est donc encore loin d’être tranché !

De votre côté, comment vivez-vous le changement d’heure ? Le trouvez-vous contraignant ou n’a t-il que peu d’incidence sur votre rythme de vie ? Si vous deviez choisir, opteriez-vous pour l’heure d’été ou d’hiver ? Nous sommes curieux de découvrir votre ressenti sur le sujet !  

 

Photo © Fotolia – Auteur : izzzy71

 

charlotte4575, 23.05.2019