Vieillir au Japon

Vieillir au Japon

3 | 3277 Consultations

Un quart des Japonais a plus de 65 ans et ce sera le cas d’un tiers des habitants de l’archipel en 2035. Le Japon a donc décidé de s’engager en faveur de ses seniors afin de préserver leur capital physique et mental. Alors quels types de mesures ont été adoptés pour garantir le bien-être des seniors nippons ? En voici quelques exemples dans cet article.

 

Activité physique et plaisir ludique

Afin de pousser les seniors à pratiquer un exercice physique régulier, certaines maisons de retraite ont utilisé comme levier l’engouement des personnes âgées pour les jeux d’argent. Elles ont mis en place un dispositif qui rétribue par le biais d’une monnaie fictive les pensionnaires des résidences exerçant régulièrement une activité physique. Cette monnaie leur permet de se divertir au sein d’une sorte de mini casino. Par ailleurs, très prisée au Japon, la pratique du karaoké contribuerait à entretenir une bonne santé cérébrale. Afin d’assurer le remplissage de leurs centres, des karaokés ont eu l’idée d’attirer les seniors grâce à des services spécifiques. Ils proposent en effet une pratique du karaoké conciliant divertissement musical et fitness. Ils se sont adaptés au rythme des seniors entre autres, en ouvrant plus tôt (neuf heures au lieu de midi) et en installant des machines aux chansons « nostalgiques », des programmes d’étirements et des jeux pour faire de l’exercice tout en s’amusant.

 

Commerces de proximité

 Les épiceries de quartier ou kombini sont des lieux incontournables de la vie de quartier au Japon. En plus d’offrir des produits alimentaires sains et variés, elles proposent des services qui touchent à tous les aspects de la vie quotidienne et où tout est pensé pour faciliter la tâche des plus anciens : possibilité d’acheter des billets de concert et d’avion, aide à la gestion de factures ou autres impôts. Pour éviter d’éventuelles chutes, certains escalators vont plus lentement et les allées, plus larges, permettent de circuler aisément, même en fauteuil. Ces magasins proposent également un service de « personal shoppers » pour aider les clients à faire leurs achats et porter les courses le cas échéant jusqu’au parking. Enfin, ces endroits sont aménagés de salles de repos, d’une salle de gym et d’un club culturel avec la possibilité – bien sûr - de faire un karaoké. L’Agence gouvernementale de Renaissance urbaine a signé un accord avec trois chaînes d’épiceries de quartier, 7-Eleven, Lawson et FamilyMart,  permettant à ces dernières d’ouvrir des magasins dans les résidences administrées par l’Agence à Tokyo et Osaka. Ces chaînes proposent également des services d’aide au ménage.

 

Lutte contre la précarité

Dans un pays riche qui se positionne comme la troisième puissance économique mondiale, il est un fait que les difficultés économiques des dernières années ont eu de graves conséquences sur le bien-être des personnes âgées. En 2019, 1 senior sur 5 travaille au Japon par obligation pour palier à la précarité ou par choix pour avoir la possibilité de garder un contact social et éviter ainsi l’isolement. Beaucoup de seniors ont recours à des petits emplois, des contrats précaires qui, rémunérés environ 500 € par mois, leur permettent de doubler le montant de leur retraite. Ainsi des « pôles-silver-activités » ont été créés afin que les plus de 60 ans puissent exercer une activité rémunérée adaptée (jardinage, tâches administratives etc.) pour subvenir à leurs besoins mais aussi pour lutter contre le déclin cognitif et l’isolement. Au Japon, en 2015, le taux d’emploi des 55-65 ans était d’environ 70 % contre 45 % en France.

 

Quelques innovations

Le Senior Citizen Mark est un autocollant obligatoire destiné aux conducteurs japonais de + de 75 ans. A l’instar de l’autocollant « A » pour les jeunes conducteurs, il doit être placé sur le véhicule de manière à être vu des autres automobilistes, invités ainsi à adopter une conduite attentive à l’égard des conducteurs âgés. Afin de favoriser la mobilité des seniors, Nissan a démarré des tests en conditions réelles d’un service de « robot-taxi », avec pour objectif un lancement commercial « au début des années 2020 » : des voitures sans conducteurs accompagneraient les seniors dans leurs déplacements ! Depuis le début de l’année 2016, 50 passagers testent ce nouveau dispositif dans la banlieue de Tokyo. Ces testeurs sont conduits de leur domicile jusqu’au supermarché puis du supermarché jusqu’à leur domicile. Par ailleurs, le gouvernement japonais soutient un projet de recherche visant à la création de « robots infirmiers » qui prendraient soin des personnes âgées vivant à leur domicile en les assistant au quotidien... L’objectif est de concevoir des robots conviviaux et accessibles, répondant aux besoins réels des usagers. Toyota a d’ailleurs lancé son projet de robot infirmier, intitulé « Human support robot ». Enfin, d’ici 2020, 5 millions de seniors japonais vont recevoir gratuitement une « tablette personne âgée » spécialement adaptée à leurs besoins : caractères adaptés à leur vue, programmes dédiés afin de ne pas oublier leurs médicaments, vidéos d’activités physiques ou encore une version ultra-simplifiée de visio-conférence.

Reste à savoir si ces nouveaux types de services à la personne seront subventionnés et qui pourra en bénéficier…

 

Que vous inspire cet article ? Vous intéressez-vous au sort des seniors en dehors de l’Hexagone ? Vos expériences et témoignages nous intéressent.

 

 

Photo © Fotolia – Auteur : imtmphoto

Betty_Nelly, 27.06.2019